Les piscines parisiennes ne combleront pas les frileux

Difficile de mettre un orteil dans un bassin dont la température est relativement froide. Certains adeptes de la chaleur aiment les piscines chauffées aux alentours de 30 degrés, mais malheureusement ce confort demande un coût à ne pas négliger.

L’eau des piscines de Paris sera désormais chauffée à 26 degrés

Paris a sorti sa calculatrice, la commune a pu remarquer que les dépenses pour le chauffage de toutes les piscines étaient beaucoup trop importantes. Le constat peut s’avérer être le même à la maison, car votre facture aura tendance à augmenter de manière significative surtout si vous chauffez votre bassin. La ville a donc pris la décision de réaliser de belles économies en abaissant la température de l’eau. Les frileux ne seront peut-être pas enthousiasmés par cette nouvelle, mais il est tout de même nécessaire de prendre un peu de recul sur cette situation. En effet, le mercure passera de 27 à 26 degrés.

Une température en adéquation avec les épreuves olympiques

Si certains ne constatent aucune différence, d’autres sont par contre conscients de l’impact de cette diminution. Les maîtres nageurs ainsi que les adeptes ont pris la parole en insistant sur le fait que l’eau était trop froide. Ce sont surtout les passionnés de l’aquagym qui sont déstabilisés par cette nouvelle politique, mais ils ne sont pas les seuls. Cet inconfort est également ressenti par les jeunes ainsi que les parents qui accompagnent les enfants lors de cette séance. Dans tous les cas, Paris insiste sur le fait que la température est en adéquation avec celle dédiée à une pratique sportive. Par conséquent, elle correspond à celle mise en avant lors des épreuves olympiques.

Une économie non négligeable de 300 000 euros sur un an

La capitale française estime que la diminution de la température de la piscine était essentielle afin de réaliser des économies. Ces dernières seront de l’ordre de 10% avec, seulement, un petit degré. Ce pourcentage représente tout de même 300 000 euros sur une année. Il faut noter que les bassins sont les plus gourmands, ils demandent donc un investissement colossal, mais ils ne sont pas les seuls à nécessiter une attention particulière. Dans tous les cas, cette chaleur peut être le signe d’un développement significatif des bactéries, elles apprécient grandement un tel environnement. La réduction est bénéfique dans plusieurs domaines, car le recours au chlore n’est plus aussi important.

IT-Expo.FR