Le stylo-plume a-t-il encore la cote ?

0

Alors que le Web et les Smartphones prennent de plus en plus de place, le stylo traditionnel est-il toujours aussi présent. Il semble que les humains aient perdu cette volonté d’écrire à la main même pour les documents officiels.

L’ère numérique a largement entaché le secteur du stylo

Aujourd’hui, existe-t-il un domaine où l’écriture manuelle est indispensable ? Mis à part les signatures sur les justificatifs ou les chèques, cette méthode est de plus en plus rare. Lorsque deux personnes souhaitent converser, elles n’ont pas recours à la fameuse carte postale ou la traditionnelle lettre. Elles dégainent immédiatement leur mobile ou encore le mail. Cette solution est beaucoup plus rapide et il suffit d’un clavier pour communiquer aisément. Les enfants sont sans doute les seuls à utiliser massivement les stylos, car, dans le monde du business, l’informatique a largement pris le dessus.

Une chute indéniable pour ce marché

Le stylo-plume a donc une petite baisse de régime puisqu’il ne séduit plus autant. Les derniers chiffres partagés par le cabinet GFK mentionnent une chute de 10% au niveau des ventes. Cette étude date de 2013, mais, au vu de l’importance des appareils numériques, il y a de grandes chances pour que la tendance s’accentue. Pourtant, quelques personnes privilégient la qualité d’un stylo-plume Montblanc. Il offre une écriture à la fois souple et agréable. Cette marque est d’ailleurs réputée dans le monde entier, mais elle sera réservée aux personnes qui ont encore le souhait d’écrire manuellement des documents en jouissant d’un réel plaisir.

Depuis 2010, le marché du stylo-plume aurait tout de même connu une chute non négligeable de plus de 7 millions d’euros. Cette statistique est valable pour l’ensemble des sociétés et elle est peut-être due aux changements de comportements.

Le plaisir d’écrire s’est envolé

Auparavant, les élèves étaient nombreux à l’utiliser pour écrire, mais désormais, les stylos classiques ont pris le relais. Cela se traduit par une baisse importante selon les chiffres communiqués. En 2011, 23 millions d’euros étaient dépensés, mais, deux ans plus tard, le CA était beaucoup plus faible avec 18 millions d’euros. Une telle situation a eu des répercussions sur les produits utilisés pour ces stylos. C’est le cas pour l’effaceur qui permet de corriger facilement les écrits, mais le chiffre d’affaires est passé de 10 à 8 millions d’euros. Par conséquent, il semble être réservé aux personnes qui ont encore le plaisir d’écrire manuellement, mais elles sont de moins en moins nombreuses.

Share.

Comments are closed.