L’assurance dommage ouvrage, l’oubliée des chantiers de construction

0

Faire construire ou rénover son habitation est une étape importante dans la vie d'une famille. Cela représente bien souvent le début d'une nouvelle vie, de nouvelles habitudes à prendre. C'est aussi une grande source de stress durant la totalité des travaux. En effet, personne n'aurait envie de voir le projet de toute une vie s'écrouler devant ses yeux. Pourtant, bon nombre de particuliers oublient encore de souscrire à une composante essentielle : l'assurance dommage ouvrage. Malgré son caractère obligatoire, elle est négligée (à tort) dans de nombreux cas.

L'assurance dommage ouvrage pour les particuliers

En tant que particulier, vous avez tout à perdre à ne pas souscrire à cette assurance. En plus de son caractère strictement obligatoire, elle vous assurera de ne pas voir votre projet de vie s'effondrer en quelques instants. En effet, l'assurance DO assure votre logement pour les dix années qui suivent la réception des travaux. Si un défaut de construction est constaté, vous n'avez pas d'argent à investir pour retrouver un logement décent dans les plus brefs délais. C'est donc une assurance incontournable et indispensable.

Pour ce qui est du montant exact d'un assurance dommage ouvrage, il dépend de nombreux critères : coût global du chantier, types de travaux réalisés, les garanties choisies… A simple titre d'exemple, les assurances DO les moins chères avoisinent les 2300€ pour une maison individuelle à faibles de coûts de chantier.

Et pour les promoteurs constructeurs ?

Là encore, elle est obligatoire. Tous les promoteurs proposant des programmes neufs sont dans l'obligation légale de souscrire à une assurance dommage ouvrage. En effet, un promoteur immobilier est considéré comme étant un maître d'ouvrage par délégation : il est donc tenu aux mêmes responsabilités sur tous ses chantiers.

Souscrire à une telle assurance n'est donc pas conseillé, mais obligatoire. En cas de manquement à cette obligation, les peines encourues sont très prohibitives : les amendes ne sont jamais sous le seuil des 30 000€. De quoi motiver les quelques cabinets qui souhaiteraient s'en passer.

Share.

Comments are closed.