Explosion des ventes de sextoys sur Internet : le tabou sur le sexe est clairement levé

A l’occasion des soldes de printemps, couplée à la célébration de la Saint Valentin, les ventes de sextoys sur Internet ont enregistré des chiffres records en ce début d’année 2018. Chiffres qui confirment l’émancipation sexuelle générale et la levée définitive du tabou sur le sexe. Cause et conséquences de ce phénomène actuel.

Le tabou se dissipe

Ce début d’année 2018 a été marqué par une explosion des ventes de poupées gonflables sur internet, un fait lié en partie aux réductions appliquées pendant les soldes de printemps, période coïncidant avec la fête de la Saint Valentin. Mais la raison de cet engouement est bien plus profonde que ces deux facteurs superficiels : c’est maintenant une évidence, le sexe n’est plus un tabou.

Outre la vente exponentielle de sextoys sur la toile, d’autres indices viennent corroborer avec cette tendance. Nul ne pourrait ignorer, par exemple, la démocratisation de films érotiques, avec le succès du film “50 nuances de gris” sorti en 2015 et les affiches de son deuxième chapitre encore placardées à tous les coins de rue.

Egalement, le nombre de dénonciations contre violences et abus sexuels, entre autre à l’encontre de personnalités largement reconnues et respectées, se font de plus en plus courantes. Citons notamment les affaires concernant les célèbres cinéastes hollywoodiens, Woody Allen et Harvey Weinstein, qui ont bouleversé le monde du cinéma américain à l’automne dernier, ou encore les dénonciations récentes de plusieurs femmes à l’encontre des dirigeants de l’Union Nationale des Etudiants de France (Unef).

Une ouverture soudaine mais des fondations pas si récentes

Si la transition peut paraître brutale aux yeux de certains, il faut pourtant reconnaître que les fondations de cette émancipation remontent à plusieurs décennies maintenant. Chez les femmes, le combat avant-gardiste de Simone Veil depuis les années 1960 a sans doute été le virage le plus important en la matière, notamment grâce aux lois Neuwrith et Veil, autorisant la vente de contraceptifs et l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en France.

A cette époque, la loi Veil avait été favorisée par la publication en 1971 du “manifeste des 343” par Simone de Beauvoir, une publication à travers laquelle 343 personnalités féminines reconnues telles que Marguerite Duras et Catherine Deneuve avouaient s’être fait avorter dans l’illégalité. Cet épisode n’est pas sans nous rappeler le phénomène actuel du #MeToo à travers lequel des milliers de femmes victimes d’agressions sexuelles osent sortir de leur silence.

C’est d’ailleurs les réseaux sociaux, et plus largement les nouveaux moyens de communication, qui ont sans doute été la cause de cette émancipation sexuelle générale si soudaine. La diffusion de vidéos pornographiques démocratise des pratiques plus extrêmes, les femmes se découvrent plus facilement grâce à la diffusion de documentaires comme “Pardon, mais c’est trop bon“, et le monde s’ouvre de plus en plus à la communication sur le sexe, comme lors de la journée internationale de l’orgasme célébrée annuellement au solstice d’hiver. Un bon moyen de se préparer psychologiquement à combattre la dépression hivernale…

      IT-Expo.FR